Encyclopédie

ASHTAROTH ; ASHTEROTH-KARNAIM ; BEESHTERAH

ash’-ta-roth, as’-ta-roth (`ashtaroth ; la version King James Astaroth ; Astaroth, la ville d’Og, roi de Bashan (Deutéronome 14, etc.) ; `ashtaroth qarnayim, le lieu de la défaite des Rephaïm par Chedorlaomer (Genèse 14:5) : (be`eshterah) une ville lévitique de Manassé à l’est du Jourdain (Josué 21:27)) : Le nom signifie probablement « maison » ou « temple d’Ashtoreth ». Il est identique à Ashtaroth de 1 Chroniques 6:71. Ashtaroth est le pluriel de ASHTORETH (qui voit). Le nom désigne un lieu associé au culte de cette déesse. Ashteroth-karnaim n’est mentionnée qu’une seule fois dans l’Écriture canonique, sauf si nous acceptons la restauration de Gratz, lorsque Karnaim apparaît comme une ville prise par Israël :  » N’avons-nous pas pris à nous des cornes (qarnayim) par notre propre force ? « . (Amos 6:13). Elle est identique à Carnion ou Carnaim de 1 et 2 Maccabées, une ville de Galaad avec un temple d’Atar-gatis. Le nom d’Ashtaroth a été identifié avec Astertu dans les listes de Tahutmes III de la XVIIIe dynastie égyptienne, et avec Ashtarti des Lettres de Tell el-Amarna. Sa prétention à l’antiquité est donc bien établie.
En ce qui concerne le dossier biblique, les noms en tête de cet article pourraient représenter une seule et même ville, Ashtaroth étant une contraction de Ashteroth-karnaim. Mais à l’époque d’Eusèbe et de Jérôme, l’Onomasticon nous apprend qu’il y avait deux forts de ce nom à 9 miles de distance, situés entre Adara (Der`ah) et Abila (Abil), tandis qu’Ashtaroth, l’ancienne ville d’Og, roi de Bashan, se trouvait à 6 miles d’Adara. Carnaim Ashtaroth, qui est évidemment identique à Ashteroth-karnaim, est décrit comme un grand village dans l’angle de Bashan où la tradition situe la maison de Job. Cela semble indiquer Tell `Ashtara, une colline qui s’élève à environ 80 pieds au-dessus de la plaine, à 2 miles au sud de el-Merkez, le siège du gouverneur du Chauran. À trois quarts de mille au nord d’El-Merkez, à l’extrémité sud d’une crête sur laquelle est construit le village de Sheikh Ca’ad, se trouve le Weley de la pierre de Job, le Weley Sakhret ‘Ayyub. Par la grande pierre sous le dôme, Job aurait été assis pour recevoir ses amis pendant son affliction.
Une inscription égyptienne, trouvée par Schumacher, prouve que la pierre est un monument de l’époque de Ramsès II. Au pied de la colline est signalé le bain de Job. A el-Merkez, le bâtiment connu sous le nom de Deir ‘Ayyub, « Monastère de Job », fait maintenant partie des casernes. On y voit également la tombe de Job. Le ruisseau qui coule vers le sud après Tell `Ashtara, s’appelle Moyet en-Neby ‘Ayyub, « ruisseau du prophète Job », et on dit qu’il a pris sa source là où le patriarche a frappé du pied sur sa guérison. Il est à noter également que le district situé dans l’angle formé par Nahr er-Raqqad et la rivière Yarmuk est appelé jusqu’à ce jour ez-Zawiyet esh-sharqiyeh, « l’angle oriental » (c’est-à-dire du Jaulan). Il est possible qu’à l’époque de Jérôme, ce terme ait couvert les terres situées à l’est du `Allan, bien que celles-ci fassent aujourd’hui partie du Chauran. A Tell `Ashtara, des vestiges témoignent d’une grande ancienneté. Le site a également été occupé au cours du Moyen Âge. C’est peut-être ici qu’il faut situer le Carnaim Ashtaroth de l’Onomasticon. Il ne correspond cependant pas à la description de Carnaïm dans 1 et 2 Maccabées. L’Ashtaroth de l’Onomasticon se trouvait peut-être à el-Muzerib, sur la grande route de pèlerinage, à environ 6 miles romains de Der’ah – la distance indiquée par Eusèbe. L’ancienne forteresse était située sur une île au milieu du lac, Baheiret el-Bajjeh. Une description complète de l’endroit est donnée dans Across the Jordan de Schumacher, 137. Il doit avoir été une position de grande force dans l’antiquité ; mais le nom ancien n’a pas été retrouvé.
Certains placeraient Ashteroth-karnaim, le Carnaim des Maccabées, à Tell ‘Ash`ari, un site à 10 miles romains au nord de Der`ah, et 4 1/2 miles romains S 2 de Tell `Ashtara. C’était manifestement « une place difficile à assiéger et difficile d’accès en raison de l’étroitesse des approches de tous les côtés » (2 Maccabées 12:21). Il couronne un promontoire qui se dresse entre la gorge profonde de la rivière Yarmuk et un grand gouffre, à la tête duquel se trouve une chute d’eau. On ne pouvait s’en approcher que par le col qui le reliait à la terre ferme ; et là, il était gardé par un triple mur, dont on voit aujourd’hui les ruines. Les restes d’un temple près du pont sur le Yarmuk peuvent marquer le lieu du massacre par Judas.
Toute la question cependant est obscure. Eusèbe est clairement coupable de confusion, avec ses deux Ashtaroth-karnaims et son Carnaim Ashtaroth. Tous les lieux que nous avons nommés se trouvent considérablement au nord d’une ligne tracée de Tell Abel à Der`ah. Pour la lumière sur le problème de l’identification, nous devons attendre les résultats des fouilles.
W. Ewing

ASHTEROTH-KARNAIM

ash’-te-roth kar-na’-im : C’est-à-dire « Ashteroth des deux cornes », mentionné dans Genèse 14:5 comme le lieu de la défaite des Rephaïm par Chedorlaomer. Voir ASHTAROTH. Un Carnaim ou Carnion en Galaad, avec un temple d’Atar-gatis attaché, a été capturé par Judas Maccabée (1 Maccabées 5:43, 44 ; 2 Maccabées 12:26).

Hébreu de Strong

H6255 : Ashteroth Qarnayim

« Ashtaroth des doubles cornes », un lieu à l’est du Jourdain

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *