Pour leurs analyses publiées dans le numéro d’octobre 2014 de Menopause, les chercheurs ont évalué l’impact de Brisdelle 7.5 mg sur le poids corporel et la fonction sexuelle chez les femmes ménopausées âgées de 40 ans ou plus qui présentaient des symptômes vasomoteurs (SMV) modérés à sévères.

Après 24 semaines de traitement, les chercheurs n’ont constaté aucun changement cliniquement significatif ou statistiquement significatif du poids ou de la fonction sexuelle par rapport à la ligne de base dans le groupe paroxétine des deux essais. En comparaison, ils ont observé des augmentations de poids faibles mais statistiquement significatives dans le groupe placebo groupé à la semaine 4.

En termes de limites, les auteurs ont noté que l’étude n’était pas spécifiquement conçue pour évaluer la dysfonction sexuelle dans le SMV, et qu’elle avait une durée de traitement et de suivi relativement courte.

Bien que Brisdelle ait reçu l’approbation de la FDA en juin 2013 pour le traitement du SMV modéré à sévère associé à la ménopause, l’ISRS à faible dose n’a pas été étudié ou approuvé pour un usage psychiatrique. Cependant, la paroxentine 20 mg (Paxil) est indiquée pour traiter la dépression majeure, le trouble obsessionnel-compulsif, le trouble panique, le trouble d’anxiété sociale, le trouble d’anxiété généralisée, le trouble dysphorique prémenstruel et le trouble de stress post-traumatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *