La clairance mucociliaire est un important mécanisme de défense inné primaire qui protège les poumons des effets délétères des polluants, des allergènes et des agents pathogènes inhalés. Le dysfonctionnement mucociliaire est une caractéristique commune des maladies chroniques des voies respiratoires chez l’homme. L’appareil mucociliaire se compose de trois compartiments fonctionnels, à savoir les cils, une couche de mucus protectrice et une couche de liquide de surface des voies aériennes (LSA), qui travaillent de concert pour éliminer les particules inhalées du poumon. Une synthèse des observations cliniques et pathologiques chez les patients atteints de mucoviscidose, de dyskinésie ciliaire primaire, d’asthme et de bronchite chronique indique que des anomalies dans chaque compartiment du système mucociliaire peuvent compromettre la clairance du mucus et provoquer une maladie chronique des voies respiratoires. Cependant, les mécanismes qui conduisent à une clairance déficiente du mucus sont encore incomplètement compris. Les souris génétiquement modifiées avec des défauts dans les éléments individuels de l’appareil mucociliaire sont des outils puissants pour étudier la pathogenèse du dysfonctionnement mucociliaire in vivo. Dans cette revue concise, j’évalue les phénotypes pulmonaires de modèles de souris présentant des anomalies génétiquement définies dans la structure/fonction ciliaire, la production de mucus et la régulation de l’ASL, et je discute les résultats de ces études animales dans le contexte des hypothèses pathogéniques actuelles du dysfonctionnement mucociliaire. Des données récentes issues de ces études animales indiquent un rôle critique de la déshydratation de l’ASL dans la pathogenèse du dysfonctionnement mucociliaire et des maladies chroniques des voies respiratoires. Chez les souris présentant une surexpression spécifique des canaux Na(+) épithéliaux (ENaC), qui constituent une voie limitant la vitesse d’absorption du sel et de l’eau à la surface des voies respiratoires, la déshydratation de l’ASL a entraîné une réduction de la clairance du mucus et une maladie chronique spontanée des voies respiratoires avec obstruction du mucus, métaplasie des cellules gobelets, inflammation chronique, réduction de la clairance bactérienne et mortalité pulmonaire élevée. Ce modèle murin de dysfonctionnement mucociliaire permettra une évaluation in vivo de nouvelles stratégies thérapeutiques conçues pour améliorer la clairance mucociliaire, et aidera au développement préclinique de nouvelles thérapies pour les maladies chroniques des voies respiratoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *